Rechercher

La leçon de la plus belle toile de tous les temps

Dernière mise à jour : 27 févr.

14-2020


Nous nous posons souvent la question suivante ; « comment voir nos frères et sœurs qui ne sont pas ni de la même culture, ni de la même race que nous. Peut-être pourrions-nous poser la question autrement ; Comment Dieu voit chacun d’entre nous ?


Lorsque nous nous focalisons sur notre propre manière de percevoir les choses chez les autres, nous avons un problème. Notre propre perception est faussée par rapport à ce que nous avons vécu face à d’autres cultures/races, des blessures que nous avons subies, etc. Par exemple cela se voit très bien avec des textos. Un simple message peut prendre une multitude de facettes différentes selon la culture, la souffrance, la manière de voir l’autre qui nous l’envoie. Si je fais une plaisanterie que l’autre ne comprend pas, je peux l’insulter, même si ce n’est pas mon intention, quelqu’un peut paraitre distant selon ses ponctuations, alors qu’il est pressé, d’autres peuvent paraitre très courtois, alors que dans la vie réelle ils ne le sont pas, etc…


Notre manière de percevoir l’autre doit pouvoir se baser sur d’autres critères que notre « ressenti ». Notre manière d’appréhender leur culture ou leur vie aussi. C’est peut-être pour cela que l’apôtre Paul incitait les autres à se regarder soi-même avant d’apporter un jugement sur les autres (Ro14.13), il estimait qu’il était plus important de prendre garde à son propre comportement « pour ne pas faire chuter son prochain » que de la manière dont l’autre se comportait.


Jésus a fait plus de choses « choquantes » dans son temps par rapports à ses pairs que n’importe qui à l’époque.


Il a touché des lépreux et s’est rendu « impur » et contagieux, selon la loi religieuse de l’époque (Mt8.1-4 ; Mc1.40-45 ; Lc5.12-16), il a renversé des tables dans « l’Église » (Mt21. 12), il a injurié ceux qui représentaient les chefs religieux de l’époque ; «race de vipères » (Mt12.34) « muraille blanchie » (Mt23.27) « sépulcres qui paraissaient beaux au dehors… » (Mt23.27), hypocrites (Mt23.14 ; Mrc7.6), serpents (Mt23.33), « vous avez pour père le diable… » (Jn8.44), « insensés » (Lc11.40 ; Mat23.16), « conducteurs aveugles » (Mt23.16) « pleins de rapines et d’intolérances » (Lc11.3) et pour terminer après toutes ces insultes (dont Paul reprendra certains termes) il parlait aux femmes, faisait grand cas des enfants, mangeait avec des voleurs (les collecteurs d’impôts) se laissait toucher par des prostituées (Lc7. 36)… Il était tellement Hors norme dans son époque, que les religieux disaient de Lui : « c’est un mangeur et buveur, un ami des publicains (des traîtres) et des gens de mauvaises vies » (Lc7.34).


Comment l’aurions-nous vu si nous avions été les « membres » de la synagogue ? (Je vous laisse 5 minutes pour réfléchir)


Alors, pourquoi s’est-Il montré sous son plus mauvais jour ? C’est oublier justement, que la perception des choses peut-être très différente de sa réalité, voici maintenant celle-ci :


Il a touché des lépreux sans prendre garde à sa propre vie, il a touché ceux et celles que plus personne n’osait toucher, il a délibérément pris le risque d’être regardé comme « hors-la-loi » afin de venir en aide à ceux qui souffraient. Il a « renversé les tables » comme on devrait « renverser » des murs érigés entre l’homme et Dieu, Il a utilisé des termes injurieux pour que ceux qui les entendent, sache que la vérité n’est pas cachée et que si ces derniers pouvaient faire semblant (paraître), Lui savait ce qui existait au-dedans d’eux, Il laissait la possibilité à ces derniers de se repentir et revenir à Dieu sincèrement, Il a montré l’amour et la compassion, le pardon, la restauration ; en parlant avec les femmes (Jn4.1-42), en mettant au centre les enfants (Mc10.13-16), mangeant à la table des rejetés, des abandonnés et en démontrant que la loi ne sert à rien sans la compassion et la miséricorde (Mt23.23).


Vous voyez, tout est question de perception. Commençons alors par demander à Dieu de nous montrer comment Il voit les autres, comment voir la combinaison de sa grande œuvre, faites de toutes Ses Pierres vivantes qui, cumulées s’organisent pour produire une toile digne du plus grand Maître de tous les temps, Notre Seul Sauveur et Seigneur, Jésus. Demandons à Dieu de changer notre perception erronée, faussée par le monde qui nous entoure.


Je prie pour que nous puissions comme notre Seigneur être capable avec Son Esprit de voir les autres, comme Lui les voient et appliquer Sa miséricorde et sa compassion, là ou avant il n’y avait avant que jugement.

Photo de Timothée Fayt /Mumpempe-Ntambwe

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout